La bibliothèque de l'AJPN est en partie en vente, retrouvez le catalogue sur Amazon en cliquant ICI...
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
310 annonces de recherche Actualités  -  Revue de presse
39/45 en France
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36593 communes
95 départements
1148 lieux d'internement
636 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
3854 Justes de France
742 résistants juifs
8767 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliographie Cartographie
Vichy en Aquitaine
Glossaire
Audience : Xiti  -  Online Plan du site
Ajouter ce site à vos favoris Signaler un problème technique
Imprimer cette page

Juste parmi les Nations

Jean Bindel


Fils de René et Hélène
Dossier Yad Vashem : 2203
Remise de la médaille de Juste : 11/01/1982
Sauvetage : Ivry-sur-Seine 94200 - Val-de-Marne
Montreuil-aux-Lions 02310 - Aisne

[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Jean-Bindel
Les Justes de France au Panthéon
source photo : YV _ FMS
crédit photo : D.R.
Notice

Claire Deutscher, son mari Michel et leur fils Guy âgé de trois ans purent fuir Berlin en Janvier 1939 grâce à l’aide d’un frère de Claire, Maurice Dankowitz, installé à Paris depuis plusieurs années. Il y connaissait l’ambassadeur de Hollande dont il obtint pour sa sœur et sa famille un visa d’entrée en Hollande. Toutefois, il dut s’engager à ce qu’ils ne restent pas en Hollande plus de 6 mois. Au mois de Juillet, Claire et Michel entrèrent en France illégalement sous les barbelés en passant par la Belgique, tandis que Maurice y ramenait Guy qu’il était venu chercher à Amsterdam. Les parents de Claire et Maurice avaient eux aussi pu quitter Berlin et s’étaient installés en Belgique.
A Paris, Claire retrouva aussi un autre frère, Simon Dankowitz. Les trois familles, celles de Maurice, Simon et Claire se retrouvèrent réunies pour quelques mois. En Septembre, à la déclaration de guerre, Michel s’engagea comme volontaire dans l’armée française ou il fut incorporé, après avoir fait ses classes au Barcarès, dans le 21eme Régiment de Marche de Volontaires Etrangers. Ce régiment se battit jusqu’à l’armistice mais contrairement aux accords passés entre l’Allemagne et le Maréchal Pétain, fut néanmoins fait prisonnier et après être passés par Metz ses combattants furent internés au camp de Baumholder jusqu’à la fin de la guerre.

A Paris, Maurice et Simon travaillaient comme métallurgistes dans la récupération de métaux non ferreux, en particulier l’étain. Ils avaient crée ensemble une petite société qui était spécialisée dans la récupération de l’étain utilisé dans la soudure des boites de conserve. Dans le cadre de leurs activités professionnelles ils avaient noué des relations avec Monsieur Robert, directeur de la Société Bousségui, installée à Choisy le Roi, qui récupérait l’étain contenu dans les caractères d’imprimerie.
Lors de l’aryanisation des entreprises détenues par des juifs, mise en œuvre par l’administration française, Simon et Maurice durent céder leur société. Ils la vendirent à Monsieur Robert, qui s’engagea à la leur restituer après la guerre.

Maurice fut arrêté à la rafle d’Aout 1941, interné à Drancy puis à Compiègne en Décembre 1941, avant d’être déporté sans retour à Auschwitz par le convoi no. 1 du 27 mars 1942.
Claire resta à Paris où elle avait encore son frère Simon et sa famille, sa femme Rachel dite Rose et leur fils Norbert.
Claire et Guy furent arrêtés à la rafle du Vel d’Hiv en Juillet 1942, puis relâchés parce que le chef de famille était prisonnier de guerre.

Quelques jours après la rafle du Vel d’Hiv la femme de Maurice, Cilly, et ses deux filles Renée et Evelyne réussirent à passer en zone libre. Simon et sa famille essayèrent d’en faire autant mais “donnés” par leur passeur, furent arrêtés sur la ligne de démarcation à Vierzon et internés à Pithiviers le 5 août 1942. Le 6 août Norbert (12 ans) fut séparé de ses parents déportés pour Auschwitz le 7 août et gazés à l’arrivée le 12 août. Norbert fut muté de Pithiviers à Drancy le 22 Aout et déporté à Auschwitz le 26 août. Il y mourut le 31 août.

Restée seule à Paris avec Guy, Claire alla demander de l’aide à Monsieur Robert qui déclara qu’à son grand regret il ne pouvait rien pour eux. Hélène Bindel*, sa secrétaire, voyant Claire sortir en larmes du bureau de Monsieur Robert, lui proposa immédiatement son aide. C’est ainsi que Claire et Guy trouvèrent refuge pour quelques jours chez les Bindel, Hélène*, René* et leur fils Jean* âgé de 20 ans qui habitaient un modeste appartement 10 route de Choisy, prés de chez Bousségui.

Ensuite, après avoir passé deux semaines chez la mère d’Hélène* à Maisons-Alfort, Claire et Guy furent accueillis par la tante d’Hélène*, Clotilde Pava*, qui avait 77 ans et habitait à Paris au 66 rue Lafayette. Ils y furent installés en sécurité dans la chambre de bonne au dernier étage de l’immeuble.

Très peu de temps après la date officielle de la rentrée scolaire, René Bindel* inscrivit Guy sous un faux nom dans un internat à Saint-Mandé, une institution catholique dirigée par Monsieur Gastebois. Quand cela était possible, René* venait y chercher Guy le Dimanche pour qu’il puisse retrouver sa mère quelques heures chez les Bindel*

En mai 1944, les Bindel* décidèrent que Claire et Guy devaient quitter Paris où la situation devenait vraiment trop dangereuse car la milice s’était présentée chez Clotilde Pava* à leur recherche. De faux papiers au nom de "Delaunay" leurs furent procurés. Ils furent conduits à Montreuil-aux-Lions, un petit village situé entre La Ferté-sous-Jouarre et Château-Thierry sur la route de l’Est menant vers l’Allemagne. Jean Bindel*, résistant, y exerçait sous une fausse identité des activités de soi-disant géomètre. Il plaça d’abord Claire et Guy chez le curé du village qui accepta de les recueillir en attendant qu’une autre solution soit trouvée. En fin de compte, ils restèrent à l’Hôtel de la Croix d’Or de Montreuil-aux-Lions jusqu’à la libération.

Quelques temps avant la fin des hostilités, Michel Deutscher réussit à s’échapper avec quelques amis de Baumholder, d’où l’on devait déplacer les prisonniers vers un autre camp plus loin de la frontière avec la France. Rentré à Paris fin mars, il y retrouva sa femme et son fils sains et saufs.

Il déclarera dans son témoignage à Yad Vashem : "Il n’est pas exagéré de constater que Hélène* et René Bindel* remplaçaient pour nos enfants (Guy et Sylvie, née en Décembre 1945), les quatre grands parents disparus dans l’holocauste. Pour ma femme et moi ils étaient devenus plus proches que la famille. Nous nous voyions presque tous les jours, nous passions les Dimanche et les fêtes ensemble."

Hélène*, René* et Jean Bindel* ainsi que Clotilde Pava* ont été reconnus comme Justes parmi les Nations en 1981.

Lien vers le Comité français pour Yad Vashem


Histoire

Témoignage de Romain Tardy-Panit, 27 ans, gérant d’un établissement de nuit, arrière-petit-fils de René et Hélène Bindel et Petit-fils de Jean Bindel.
Guy Deutscher et ses parents Claire et Michel ont fui Berlin et sont arrivés clandestinement en France en Juillet 1939.
A la déclaration de la guerre, Michel s’engagea comme volontaire dans l’armée française. Il fut fait prisonnier en Mai 1940 et fût rapatrié en avril 1945. Claire loua un appartement à Paris non loin de l’un de ses frères, Simon. Son autre frère, Maurice, habitait dans le 12ème. Tous deux travaillaient dans la métallurgie et au moment des lois sur l’aryanisation, ils vendirent leur société au directeur de la société Bousségui avec lequel ils entretenaient de très bonnes relations.
Les oncles de Guy et leurs familles furent plus tard arrêtés et déportés, ils ne revinrent jamais.
Guy et sa mère furent arrêtés lors de la rafle du Vel d’Hiv mais furent relâchés en tant que femme et enfant d’un prisonnier de guerre. Claire décida d’aller voir M. Bousségui pour lui demander de l’aide mais ce dernier, effrayé des risques encourus, leur dit qu’il ne pouvait rien pour eux. Alors qu’elle sortait en larmes de son bureau, la secrétaire de M. Bousségui, Hélène Bindel, arrêta Claire et lui proposa de l’héberger.
Guy et Claire passèrent quelques jours dans l’appartement d’Hélène, puis allèrent chez sa belle-mère avant finalement d’atterrir chez sa tante Mme Pava, rue Lafayette. Cette dernière mis à disposition de Claire une chambre de bonne qui devint pratiquement son domicile fixe jusqu’à la libération.
René Bindel inscrivit Guy dans un internat à Vincennes, qui accepta de le prendre sans révéler son identité.
La nuit où les femmes de prisonniers furent arrêtées, Claire se trouvait comme à l’accoutumée rue Lafayette, grâce à cela, elle fût sauvée de la déportation.
Devant le danger croissant, les Bindel décidèrent de faire quitter Paris à Claire et Guy. Jean Bindel était rentré depuis dans la résistance dans le Jura. En Mai 1944, il les fit venir à Montreuil aux Lions où il exerçait, sous une fausse identité, en tant que géomètre. Il leur procura de faux papiers et les cacha dans le village jusqu’à la libération.

20/02/2014
Lien : Témoignages

[Compléter l'article]
Réseau de sauvetage
René Bindel (Mari d'Hélène. Père de Jean)

Hélène Bindel (Épouse de René. Mère de Jean. Nièce de Clothilde Pava)
Clotilde Pava (Tante d'Hélène Bindel)
 
Familles hébergées, cachées, aidées ou sauvées par Jean Bindel
Claire Deutscher
Guy Deutscher

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.

Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

En savoir plus…

Etoile jaune: le silence du consistoire centrale , Mémoire ou thèse 7 pages, réalisation 2013
Auteur : Thierry Noël-Guitelman - terminal
Lorsque la 8e ordonnance allemande du 29 mai 1942 instaure l'étoile jaune en zone occupée, on peut s'attendre à la réaction du consistoire central. Cette étape ignoble de la répression antisémite succédait aux statuts des juifs d'octobre 1940 et juin 1941, aux recensements, aux rafles, aux décisions allemandes d'élimination des juifs de la vie économique, et au premier convoi de déportés pour Auschwitz du 27 mars 1942, le consistoire centrale ne protesta pas.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Juifs en psychiatrie sous l'Occupation. L'hospitalisation des Juifs en psychiatrie sous Vichy dans le département de la Seine (Par une recherche approfondie des archives hospitalières et départementales de la Seine, l'auteur opère une approche critique des dossiers concernant des personnes de confession juive internées à titre médical, parfois simplement préventif dans le contexte des risques et des suspicions propres à cette période. La pénurie alimentaire est confirmée, influant nettement sur la morbidité. Ce premier travail sera complété par un examen aussi exhaustif que possible des documents conservés pour amener une conclusion. )
2 Héros de Goussainville - ROMANET André (Héros de Goussainville - Page ROMANET André )
3 Albert Szerman, rescapé des rafles du Vél d'Hiv' et de La Varenne (Le 20 mai 2012, une cérémonie de reconnaissance des sauveurs d'Albert Szerman, les Justes Solange* et Henri Ardourel*, s'est déroulée à la Salle polyvalente de Crouy. Témoignage d'Albert Szerman. )
4 Résistance à la Mosquée de Paris : histoire ou fiction ? de Michel Renard (Le film Les hommes libres d'Ismël Ferroukhi (septembre 2011) est sympathique mais entretient des rapports assez lointains avec la vérité historique. Il est exact que le chanteur Selim (Simon) Halali fut sauvé par la délivrance de papiers attestant faussement de sa musulmanité. D'autres juifs furent probablement protégés par des membres de la Mosquée dans des conditions identiques.
Mais prétendre que la Mosquée de Paris a abrité et, plus encore, organisé un réseau de résistance pour sauver des juifs, ne repose sur aucun témoignage recueilli ni sur aucune archive réelle. Cela relève de l'imaginaire. )
5 La Mosquée de Paris a-t-elle sauvé des juifs entre 1940 et 1944 ? une enquête généreuse mais sans résultat de Michel Renard (Le journaliste au Figaro littéraire, Mohammed Aïssaoui, né en 1947, vient de publier un livre intitulé L’Étoile jaune et le Croissant (Gallimard, septembre 2012). Son point de départ est un étonnement : pourquoi parmi les 23 000 «justes parmi les nations» gravés sur le mémorial Yad Vashem, à Jérusalem, ne figure-t-il aucun nom arabe ou musulman ?
Il mène une enquête, cherche des témoins ou des descendants de témoins, évoque la figure de Si Kaddour Ben Ghabrit, directeur de l’Institut musulman de la Mosquée de Paris de 1926 à 1954, fait allusion à d’autres personnages qu’il a rencontrés, et plaide pour une reconnaissance mémorielle d’actes de solidarité, de sauvetage, de juifs par des musulmans durant cette période. Et pour leur reconnaissance et inscription sur le mémorial de Yad Vashem.
Cet ouvrage est fréquemment mentionné par voie de presse, avec force sympathie. Mais… rares sont les critiques, positives ou négatives, réellement argumentées. On a le sentiment que ce livre est légitime, généreux, qu’il "tombe" bien en cette période.
C'est ce que le sociologue américain Merton avait repéré dans les phénomènes d'identification et de projection même si le rapport à la réalité est totalement extérieur. Aujourd'hui, l'Arabe musulman, sauveteur de juifs, devient un type idéal auxquels de nombreux musumans ont envie de croire. La réalité n'est pas celle-ci, mais peu importe ! On reproduit la quatrième de couverture du livre (qu'on n'a pas lu), on ose quelques citations d’extraits… Mais personne ne se hasarde à une évaluation de la validité historique de sa teneur. )


Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


 
Val-de-Marne

Région :
Île-de-France
Département :
Val-de-Marne


À lire, à voir…

Sabine Gensburger Sabine Gensburger
Les Justes de France - Politiques publiques de la mémoire

ACHETER EN LIGNE

André Kaspi André Kaspi
Albert Szerman
Les Orphelins de la Varenne, 1914-1944

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Dítě s hvězdičkou (L'enfant cachée, en tchèque)

ACHETER EN LIGNE

Denis Peschanski Denis Peschanski
Jorge Amat
La traque de l'affiche rouge

 

Laurent Galandon Laurent Galandon
Jeanne Puchol
Laurence Croix
Vivre à en mourir

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
숨어 산 아이 (L'enfant cachée, en coréen)

 

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Das versteckte Kind (L'enfant cachée, en allemand)

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Claire Andrieu
Sarah Gensburger
La résistance aux génocides. De la pluralité des actes de sauvetage

ACHETER EN LIGNE

Philippe Thirault Philippe Thirault
Chloé Cruchaudet
Thierry Chavant
Alberto Pagliaro
Hervé Duphot
Le combat des Justes - six récits de résistance

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Hidden (L'enfant cachée, en anglais)

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Arno Monin
Hamo
L'envolée sauvage - 2 cycles - 4 tomes

ACHETER EN LIGNE

Marek Halter Marek Halter
Les Justes, ces héros inconnus

ACHETER EN LIGNE

Dominique Missika Dominique Missika
Dominique Veillon
Résistance - Histoires de familles, 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

 AJPN AJPN
Exposition "L'enfant cachée"

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
המחבוא (L'enfant cachée, en hébreu)

 

 Collectif Collectif
Jean-Pierre Guéno
Paroles d'étoiles - Mémoire d'enfants cachés (1939-1945)

ACHETER EN LIGNE

Jean-Raphaël Hirsch Jean-Raphaël Hirsch
Réveille-toi Papa, c'est fini !

ACHETER EN LIGNE

Serge Klarsfeld Serge Klarsfeld
L'étoile des Juifs

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Sans armes face à Hitler

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Jeanne Puchol
Laurence Croix
Vivre à en mourir

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
La bambina nascosta (L'enfant cachée, en italien)

ACHETER EN LIGNE

Lucien Lazare Lucien Lazare
Dictionnaire des Justes de France

ACHETER EN LIGNE

Franck Pavloff Franck Pavloff
Matin brun

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Histoires des Justes en France

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]
Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
| Informations légales | Remerciements |
 
33 visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2014