Die pädagogische Ausstellung Das versteckte Kind ist in deutscher Sprache verfügbar - L'exposition pédagogique L'enfant cachée existe maintenant en langue allemande
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Soutenez le travail de l'AJPN
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
111, rue Belleville - F33000 Bordeaux
Tél. +33 (0) 9 51 89 44 87

302 annonces de recherche
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
Recevoir les infos AJPN
39/45 en France
base des données identifiées par l'AJPN
Nouveaux articles
Une page au hasard
36593 communes
95 départements
1148 lieux d'internement
634 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
3854 Justes de France
741 résistants juifs
8734 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind
Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la résistance communiste L'affiche rouge
Vivre à en mourir

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliographie Cartographie
Vichy en Aquitaine
Glossaire Espace enseignants
Association AJPN Rapport moral
Comment contribuer au site
Soutenir le travail de l'AJPN
Paiement en ligne
Contacter l'AJPN
Partenaires Liens d'intérêt
Remerciements
Téléchargements Résultats d'audience Online Xiti
Plan du site
Ajouter ce site à vos favoris
Imprimer cette page

Juste parmi les Nations

Lucie Cartier


Dossier Yad Vashem : 584
Remise de la médaille de Juste : 02/02/1971
Sauvetage : Paris 75000 - Paris
Profession: Caissière chez les Weil avant la guerre
Date de naissance: 06/07/1894
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Lucie-Cartier
Lucie Cartier
source photo : Arch. fam.
crédit photo : D.R.
Notice

Avant la guerre, Lucie Cartier* travaille comme caissière chez Monsieur et Madame Weil, une famille de juif parisiens.

Rubin Mol, né le 17 décembre 1912 à Varsovie (Pologne), maroquinier, et son épouse Bella, modiste, née Pinskier à Varsovie le 5 juillet 1912, s'étaient enfuis de Bruxelles avec leur fils Freddy (Ephraïm), âgé de 4 ans, né en 1938.

En 1942 les Allemands arrêtent la famille Mol à Besançon ,à la frontière entre la France et la Suisse, où ils tentent de se réfugier.
Rubin, 30 ans, et Bella Mol, 30 ans, seront déportés sans retour vers Auschwitz par le convoi n° 34, en partance de Drancy le 18 septembre 1942.
Pierre Laval, alors chef du gouvernement de Vichy n'ayant pas encore demandé aux Allemands de déporter également les jeunes enfants juifs étrangers, les hommes de la Gestapo qui ont effectué l'arrestation confient le jeune Freddy aux gendarmes français qui le déposent à l'hôpital Saint-Jacques, administré par des religieuses d'où il est transféré quelques semaines plus tard dans un home juif à Paris, rue Lamarck, établissement contrôlé par les autorités.

Monsieur et Madame Weil, des Juifs parisiens, sortent légalement l'enfant de ce home et le recueillent chez eux.
Vers le début de l'année 1943, la police française se met à la recherche du petit Freddy et retrouve ses traces après son départ du home d'enfants. Le garçonnet , ainsi que sa famille adoptive la famille Weil, est sauvé grâce à Lucie Cartier*, qui travaillait avant la guerre comme caissière chez Monsieur et Madame Weil. Monsieur et Madame Weil sont avertis par un ami travaillant au commissariat du quartier lorsque ce dernier prenait connaissance qu'une rafle devait avoir lieu le même soir et qu'on viendrait certainement arrêter le petit Freddy, et qu'il fallait immédiatement le cacher, ce qui était fait chez des voisins de palier charitables, à ceux qui venaient l'arrêter la famille Weil déclarait que pour des raisons de santé le petit avait été envoyé à la campagne.
Plus tard lorsque la déportation frappait maintenant les Juifs français,la famille Weil se trouva directement menacée et dut quitter immédiatement son domicile et se cacher. Lucie Cartier*, qui sait que donner asile à des Juifs est dangereux, met pourtant son appartement de Paris à leur disposition. Ils vont y rester jusqu'à la Libération.
Quant au petit Freddy, elle le cache dans un autre logement, dans la banlieue de Paris, et s'occupe de lui avec dévouement pendant de nombreux mois, jusqu'à la Libération.
Lucie Cartier* a risqué sa vie pour des raisons humanitaires ainsi que par affection pour les Weil et pour le petit Freddy.

Après la guerre, Freddy Mol s’installe en Israël où il fonde un foyer. Lucie Cartier*, veuve de la première guerre mondiale et vivant de revenus modestes , reçois un billet d'avion gratuit des mains de l'ambassadeur d'Israël à Paris pour venir à Jérusalem à Yad Vachem recevoir le titre de "Juste parmi les nations". Durant son séjour , elle va demeurer chez Ephraïm (Freddy ) et faire la connaissance de sa femme et de ses enfants pour la plus grande joie de tous.

Lien vers le Comité français pour Yad Vashem


Histoire

Rescue story

In 1942, the Germans arrested the Mol family, Jews of Polish origin, at the French-Swiss border as they attempted to escape from Belgium to Switzerland. The parents were deported to the east, but French police sent their three-year-old son, Freddy, to a monastery, whence he was moved to the Jewish orphanage in Paris, which was monitored by the authorities. The Weils, a French Jewish family, illegally removed Freddy Mol from the Paris orphanage and became his foster parents. In late 1943, the French police searched for Freddy Mol in Paris, after tracking him down via the monastery that sheltered him in 1942. Mol owes his life to Lucie Cartier, who saved him and his adoptive parents. Cartier, a devout Catholic widow, had worked as a cashier in the Weil’s store before the war. Through a family friend who worked at the Paris préfecture, the Weils learned of an impending roundup of Jews, and they were on the wanted list. They had to abandon their apartment quickly and find a hiding place; Cartier came to their aid. Although helping Jews was very dangerous, Cartier made her parents’ apartment available to the Weils, who lived there until the liberation. She hid Freddy in another apartment on the outskirts of Paris, where she saw to all his needs for many months until the liberation. Cartier risked her life for humanitarian reasons and out of affection for her former employer. After the war, Mol settled in Israel and raised a family. Cartier saved her money to visit him and his children in Israel.
On February 2, 1971, Yad Vashem recognized Lucie Cartier as Righteous Among the Nations.

02/03/2012
Lien : Yad Vashem

[Compléter l'article]
 
Familles hébergées, cachées, aidées ou sauvées par Lucie Cartier
Freddy Mol
Madame Weil
Monsieur Weil

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.

Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

En savoir plus…

Etoile jaune: le silence du consistoire centrale , Mémoire ou thèse 7 pages, réalisation 2013
Auteur : Thierry Noël-Guitelman - terminal
Lorsque la 8e ordonnance allemande du 29 mai 1942 instaure l'étoile jaune en zone occupée, on peut s'attendre à la réaction du consistoire central. Cette étape ignoble de la répression antisémite succédait aux statuts des juifs d'octobre 1940 et juin 1941, aux recensements, aux rafles, aux décisions allemandes d'élimination des juifs de la vie économique, et au premier convoi de déportés pour Auschwitz du 27 mars 1942, le consistoire centrale ne protesta pas.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Enfants juifs déportés de France (Brochure éditée par les Fils et filles de déportés juifs de France et la Mairie de Paris en mars 2007.
Préface de Serge Klarsfeld : En France, en 1940, il y avait environ 70 000 Juifs de moins de 18 ans. Sur ce nombre, 11 400 ont été arrêtés - la plupart par la police de Vichy -, déportés à Auschwitz et assassinés, à l'exception d'environ 200 d'entre eux; presque tous des adolescents. Parmi les communautés juives importantes en Europe, celle de France a connu le pourcentage le plus important d'enfants sauvés : 84 %, c'est exceptionnel. On le doit essentiellement à la sympathie agissante de la population non juive qui a soutenu les efforts des familles et des organisations juives qui essayaient de sauver les enfants en priorité. Laïcs et religieux ont su tendre la main à la fois par compassion et pour que la France ne perde pas son âme. )
2 Juifs en psychiatrie sous l'Occupation. L'hospitalisation des Juifs en psychiatrie sous Vichy dans le département de la Seine (Par une recherche approfondie des archives hospitalières et départementales de la Seine, l'auteur opère une approche critique des dossiers concernant des personnes de confession juive internées à titre médical, parfois simplement préventif dans le contexte des risques et des suspicions propres à cette période. La pénurie alimentaire est confirmée, influant nettement sur la morbidité. Ce premier travail sera complété par un examen aussi exhaustif que possible des documents conservés pour amener une conclusion. )
3 Héros de Goussainville - ROMANET André (Héros de Goussainville - Page ROMANET André )
4 Notre Dame de Sion : les Justes (La première religieuse de Sion à recevoir ce titre en 1989 est Denise Paulin-Aguadich (Soeur Joséphine), qui, à l’époque de la guerre, était Ancelle. Depuis, six autres sœurs de la congrégation, ainsi qu’un religieux de Notre-Dame de Sion ont reçu la même marque de reconnaissance à titre posthume. Ils ont agi à Grenoble, Paris, Anvers, Rome. L’action de ces religieuses et religieux qui ont sauvé des Juifs pendant la deuxième guerre mondiale mérite de ne pas être oubliée. Et il y en a d’autres, qui, même s’ils n’ont pas (encore ?) reçu de reconnaissance officielle, ont œuvré dans le même sens, chacun à leur place. )
5 L'histoire des Van Cleef et Arpels (Blog de Jean-Jacques Richard, très documenté. )
6 Résistance à la Mosquée de Paris : histoire ou fiction ? de Michel Renard (Le film Les hommes libres d'Ismël Ferroukhi (septembre 2011) est sympathique mais entretient des rapports assez lointains avec la vérité historique. Il est exact que le chanteur Selim (Simon) Halali fut sauvé par la délivrance de papiers attestant faussement de sa musulmanité. D'autres juifs furent probablement protégés par des membres de la Mosquée dans des conditions identiques.
Mais prétendre que la Mosquée de Paris a abrité et, plus encore, organisé un réseau de résistance pour sauver des juifs, ne repose sur aucun témoignage recueilli ni sur aucune archive réelle. Cela relève de l'imaginaire. )
7 La Mosquée de Paris a-t-elle sauvé des juifs entre 1940 et 1944 ? une enquête généreuse mais sans résultat de Michel Renard (Le journaliste au Figaro littéraire, Mohammed Aïssaoui, né en 1947, vient de publier un livre intitulé L’Étoile jaune et le Croissant (Gallimard, septembre 2012). Son point de départ est un étonnement : pourquoi parmi les 23 000 «justes parmi les nations» gravés sur le mémorial Yad Vashem, à Jérusalem, ne figure-t-il aucun nom arabe ou musulman ?
Il mène une enquête, cherche des témoins ou des descendants de témoins, évoque la figure de Si Kaddour Ben Ghabrit, directeur de l’Institut musulman de la Mosquée de Paris de 1926 à 1954, fait allusion à d’autres personnages qu’il a rencontrés, et plaide pour une reconnaissance mémorielle d’actes de solidarité, de sauvetage, de juifs par des musulmans durant cette période. Et pour leur reconnaissance et inscription sur le mémorial de Yad Vashem.
Cet ouvrage est fréquemment mentionné par voie de presse, avec force sympathie. Mais… rares sont les critiques, positives ou négatives, réellement argumentées. On a le sentiment que ce livre est légitime, généreux, qu’il "tombe" bien en cette période.
C'est ce que le sociologue américain Merton avait repéré dans les phénomènes d'identification et de projection même si le rapport à la réalité est totalement extérieur. Aujourd'hui, l'Arabe musulman, sauveteur de juifs, devient un type idéal auxquels de nombreux musumans ont envie de croire. La réalité n'est pas celle-ci, mais peu importe ! On reproduit la quatrième de couverture du livre (qu'on n'a pas lu), on ose quelques citations d’extraits… Mais personne ne se hasarde à une évaluation de la validité historique de sa teneur. )


Annonces de recherche
[Déposer une annonce]
Erreur requête - select * from ajpn_alerte WHERE destina = 'juste' and signal = 'oui' and noid=518